L’éjaculation précoce 

L’éjaculation précoce ou éjaculation prématurée (EP) est une problématique assez récurrente chez les hommes. Ce n’est pas une maladie, mais un trouble sexuel durant lequel l’homme éjacule trop tôt sans contrôle volontaire possible. De plus, ce dysfonctionnement est également une question de culture. Dans certaines sociétés nous n’allons pas trouver ce trouble, non pas parce qu’il n’existe pas, mais parce qu’il n’est pas perçu comme tel.

Les définitions de l’EP sont multiples, les éléments les plus importants que l’on va retenir ici sont les suivants:

  • une éjaculation qui survient toujours, ou presque toujours, avant la pénétration, ou au cours de la minute qui suit, ET
  • une incapacité à retarder l’éjaculation lors de toutes ou presque toutes les pénétrations, ET
  • des conséquences personnelles négatives, telles que frustration, soucis, souffrance psychologique et/ou évitement de l’intimité sexuelle.

Il n’existe pas une norme universelle indiquant le temps “réglementaire” d’une relation sexuelle pour qu’elle soit satisfaisante. Ce qui est important ce n’est pas la durée en soi, mais le moment: il est important que l’homme puisse contrôler le moment de son orgasme pour pouvoir vivre une sexualité épanouie.

D’après les études, si un homme parvient à tenir 4 minutes sans éjaculer cela signifie qu’il possède un certain contrôle sur le moment de l’éjaculation. Et si l’homme tient 4 minutes, il pourra aussi tenir 5,6,7…

Dans le cadre de mon cabinet, je travaille avec mes patients souffrant de ce dysfonctionnement au niveau des émotions, des ressentis, de l’image de soi, des sensations corporelles, des habitudes de fonctionnement sexuel rapide etc.

Comme je le répète souvent sur ce site, une sexualité épanouie change la vie des gens, cela rend plus confiant en soi, plus heureux, plus satisfait et pour finir avec une note humoristique, cela peut changer votre salaire 🙂 *

*Une étude menée par Nick Drydakis, de l’université anglaise Anglia Ruskin, à Cambridge, sur 8.000 dossiers de personnes de 26 à 50 ans, a démontré que ceux ayant 4 relations sexuelles ou plus par semaine gagnent en moyenne 5% de plus que les autres.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s